Leurs fêlures, nos brisures…

Florence Collin nous livre un très beau texte, tout empreint d’intimité mais avec une portée universelle. Il dit combien avant même la rencontre d’un enfant et d’un orthophoniste, il s’agit avant tout de celle de deux êtres humains, deux subjectivités, avec leur histoire, leur identité et leur inconscient. Il illustre bien « le parler vrai » de la PRL. Ce texte aborde un sujet grave : celui de la mort, de la perte de l’être cher, du deuil mais nous dit que les mots sont là pour partager, cerner, approcher ces questions souvent taboues et ainsi redonner vie aux morts en leur donnant une place. Leurs fêlures, nos brisures…
Découvrez le dans la rubrique Ecrits divers.

Une réflexion au sujet de « Leurs fêlures, nos brisures… »

  • mars 7, 2018 à 10:25
    Permalink

    Magnifique texte , très bien écrit , touchant d ‘authenticité et d ‘humanité, empli de « beaux  » affects; cet accueil de l ‘ Autre dans tous ses états est émouvant tout autant que cette empathie réciproque; allier ainsi notre fonction soignante et aidante avec cette part nécessaire de proximité maîtrisée et adaptée, tu l ‘as fait Florence , cela rejaillit dans ces témoignages, dans ton texte; merci !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Page Facebook
Envoyez un mail