www.acchassagny.org


Langage

  • Au détour de prises en charge auprès d'apprentis lecteurs, Isabelle Canil partage son intérêt pour le fonctionnement de la syllabe, composée de lettres, qu'il faut d'abord identifier, reconnaître, et qui se combinent entre elles selon un processus d'union et de séparation. Autant de fonctions qui mettent en jeu les capacités de re-présentation et de symbolisation. Le langage naît au moment où la rencontre d'une lettre seule avec une autre crée du signifiant : Que se passe-t-il à l'intérieur d'une syllabe?


  • Nous ne pensons pas qu’on puisse comparer le langage à un moyen ou un outil de communication, même très sophistiqué. Nous pensons qu’il est beaucoup plus que cela et que cette vision est non seulement extrêmement réductrice, mais fausse aussi, parce qu’elle méconnaît tout un aspect de ce qui nous fait humain, et sujet : Quand l'orthophonie est le cadre d'une rencontre à inventer autour du langage par Isabelle Canil et d'Emmanuelle Machebeuf-Serbout .


  • Le langage humain a pour caractéristique essentielle la réflexivité ou fonction métalinguistique, c'est-à-dire qu'il contient en lui-même la potentialité de parler de lui-même, de transgresser ses règles, de jouer avec les mots... L'usage des mots qui définissent la compétence des orthophonistes et la transmission du métier a fait l'objet d'un travail de la commission formation initiale des Ateliers Claude chassagny, en partenariat avec la Fédération des Orthophonistes de France, sous la forme d'un glossaire, dont plusieurs articles sont disponibles : Communication, Diagnostic, Education / Rééducation, Fonctions oro-myo-faciales, Formation, Langage, Langue orale/Langue écrite, Parole, Patient, Relation, Représentation, Symptôme, Thérapeute, Voix.


  • La fonction du bilan de langage peut se définir comme une investigation des particularités du patient pour s’inscrire dans le symbolique. En effet, lors des premiers entretiens et tout au long du suivi clinique, des nœuds apparaissent qui sont des indicateurs de là où se situe l’entrave pour que le sujet développe un maniement symbolique de la langue. Un bilan de langage: critères d'évaluation et fondements théoriques par Claire de Firmas.
    En savoir plus :
    Les marqueurs transversaux
    Formation aux marqueurs transversaux


  • "Votre investissement est-il moindre, votre écoute est-elle plus attentive, votre temps plus précieux face à la douleur d’une famille touchée par l’aphasie d’un de ses membres que face à celle de parents désespérés par l’inadaptation scolaire de leur enfant ou par les difficultés dites d’articulation de leur chérubin dont vous voyez cependant fort bien dans quel difficile processus de mise à distance de sa mère il se trouve ?". Une réflexion de Brigitte Brunel :  "Et pourquoi pas un acte unique?"


  • Par quels chemins s'approprier l'écriture, ce geste, cette parole qui mettent en jeux le savoir-vouloir-pouvoir. Pascale Hassoun, psychanalyste, membre fondateur du Cercle Freudien de Paris, nous dit "ceux qui viennent nous voir, nous psychanalystes ou orthophonistes, viennent nous voir pour retrouver elur lointain" : Fais-mois signe, je te parlerai; parle-moi, je t'écrirai


  • Toute pratique orthophonique est référée à une théorie, qui le plus souvent n’est pas explicitée. Le langage est une compétence humaine constitutive qui se développe au sein de la fonction symbolique. Dès lors, la fonction du bilan de langage peut se définir comme une investigation des particularités du patient pour s’inscrire dans le symbolique. Dans son texte Les marqueurs transversaux: Repères pour l’observation des pathologies du langage, Claire de Firmas,orthophoniste, répond à une double nécessité : doter les orthophonistes d’un outil de référence théorico-clinique qui leur permette de structurer et transmettre leurs observations en respectant la singularité de chaque rencontre et en s’affranchissant d’une focalisation sur le symptôme.