www.acchassagny.org


Enfance



  • Comment les mots viennent aux enfants : Dans cette communication à la Maison Bleue de Chabeuil, destinée initialement aux parents et personnels soignants, Isabelle Canil raconte comment les enfants s'emparent du langage. Elle y éclaire l'existence symbolique, la séparation, le besoin de manquer, ... un texte qui invite à le diffuser.

  • Prise de parole et toute puissance chez l’enfant par Brigitte Brunel. C’est un enfant qui est dans l’immédiateté, il ne sait pas attendre, différer : il veut tout, tout de suite : son biberon, son quatre heure, son doudou, sa mère, sa télé, faire pipi, il s’agite, crie, pleure, il tempête. Il fait la langue, plutôt qu’il ne parle. Il est pris dans le corps, dans le faire et pas encore dans le symbolique.


  • Caroline Richard, psychologue, et Maryse Nauroy, orthophoniste, nous proposent une réflexion commune autour de l'intérêt d'un travail de consultation familiale associé à un suivi orthophonique individuel pour un enfant présentant un arrêt de développement et des troubles relationnels importants. Le dispositif présenté dans Entretiens familiaux et orthophonie est somme toute assez classique mais il permet de mettre l'accent sur l'importance des échanges entre le consultant et l'orthophoniste qui au fond semblent symboliser les relations parentales et donc une possible scène primitive.


  • Peut-on se passer des parents ? par Francis Portal, psychologue clinicien. Ah ! Ces parents qui viennent empiéter sur la séance de l’enfant, qui tentent de faire alliance avec nous au risque de nous faire perdre la confiance de l’enfant, qui…etc. ! Comme la tentation serait grande de pouvoir les écarter ! Mais que nous le voulions ou non, les parents seront là , dans notre travail avec l’enfant, que ce soit dans une présence intrusive ou dans une absence lourde de sens et de menace. D’ailleurs existe-t-il un enfant qui n’aurait pas ses parents dans sa tête ? S’il est clair que l’incapacité dans laquelle se trouve l’enfant d’accéder aux apprentissages est liée à l’impossibilité qu’il a de désirer tant sa mère désire pour lui, comment ne pas être tenté d’agir sur cette dynamique perçue aussi clairement ?


  • Un petit garçon est arrivé un jour à sa séance avec un escargot (…) Quelque soit l’activité que nous partageons (jouer aux voitures, à la dînette, faire de la pâte à modeler, faire une série, lire, écrire un texte regarder silencieusement ce que l’autre fait….) on est toujours là pour la même chose : pour faire vivre une situation langagière et trouver un point de rencontre. Quand l'orthophonie est le cadre d'une rencontre à inventer autour du langage par Isabelle Canil et d'Emmanuelle Machebeuf-Serbout .


  • A propos de l'enfance, un texte de France Pétrequin, orthophoniste : "Dans ce travail avec cet enfant-là, dans une sorte de dédoublement, tout en gardant notre regard contemporain - et plus ou moins savant - nous nous souvenons de la saveur spéciale de l’enfance. Comme elle est passée pour nous, elle passera pour cet enfant-là. Notre passé fut un présent, et même un présent extrêmement long. C’est plutôt long, l’enfance, à vivre au présent. "


  • "Je n’avais pas particulièrement remarqué ce livre, rangé parmi d’autres sur une étagère, jusqu’à ce qu’une enfant de 7 ans mette la main dessus. Je m’étonne toujours de ce que nous prenons un livre « au hasard », et tombons justement sur celui qui nous permet de dire quelque chose !" Emmanuelle Macheboeuf nous raconte cette rencontre avec l'ouvrage de Pef, "Rendez-moi mes poux"


  • Savez-vous que les dragons existent ? Si vous ne le saviez pas ou que vous êtes sceptiques, procurez vous le livre de Jack Kent : "Les dragons, ça n’existe pas". L’histoire d’un symptôme qui attend qu’on le voie et qu’on l’entende pour cesser d’être envahissant et paralysant présentée par virginie Amoureux.